HEDONISME

Exposition « Hymne à la beauté » de Matthieu Ricard à la Grande Arche de la Défense

Moine

Aujourd’hui la rédaction vous emmène découvrir une magnifique exposition… Profitez-en, c’est jusqu’au 30 novembre 2022 !

L’exposition dévoile plus de 150 photos prises sous le regard bienveillant de ce moine bouddhiste, photographe et auteur. J’aime particulièrement son engagement profond pour la protection animale et l’écologie.

Matthieu Ricard
« Hymne à la beauté », Matthieu Ricard © Corinne Sadaune

Ses photographies, prises dans différentes parties du monde, sont remarquables. On passe de portraits intimistes (enfants, vieillards…) dont celui  de son maître spirituel tibétain à des paysages grandioses… lacs, montagnes, cavaliers avec oriflammes, moines dans les temples…  Un véritable hymne à la beauté.

Fils de la peintre Yahne Le Tourmelin et du philosophe Jean-François Revel (né Ricard), Matthieu Ricard grandit au sein d’un milieu intellectuel et artistique. Ses premiers amours sont la musique et la photographie. Son ami le photographe Henri-Cartier Bresson lui transmet son goût pour les images.

La conception de la beauté de Matthieu Ricard

« La beauté nous procure un profond sentiment de plénitude. On pourra qualifier de beauté « relative » ce qui nous procure une satisfaction momentanée, et de beauté « ultime » ce qui conduit à une plénitude durable qui perdure au travers des aléas de l’existence.

C’est de cette beauté ultime que relève la beauté spirituelle, celle du visage d’un Bouddha ou d’un sage, homme ou femme. Cette beauté ne répond pas aux critères de la beauté des statues grecques ou de la «beauté » hollywoodienne, mais elle est infiniment féconde, parce qu’elle reflète les qualités de l’Éveil et témoigne de la possibilité de l’atteindre. Ainsi, la beauté peut être perçue de façon très différente selon les individus et les cultures. » Matthieu Ricard

Un homme engagé

Matthieu Ricard devint moine en 1979. En 1980, il rencontre pour la première fois le Dalaï-lama. Il devient son interprète pour le français à partir de 1989.

Aujourd’hui, il réside principalement au monastère de Shéchèn au Népal et dans un ermitage en montagne en dehors de Kathmandu, ainsi qu’en Dordogne. Il a également vécu 8 ans au Bhoutan.

Engagé pour la protection de la nature et des animaux, il est végétarien depuis plus de 50 ans.

Il dédie l’intégralité de ses droits d’auteur et conférences à l’association humanitaire Karuna-Shechen (www.karuna-shechen.org) qu’il a créée il y a vingt-deux ans et qui a réalisé plus de 200 projets au Népal, en Inde et au Tibet dans le domaine de l’éducation, de la santé et des services sociaux.

Corinne Sadaune, 19 juin 2022

Informations pratiques

Toit de la Grande Arche, 1 parvis de la Défense 92044 Paris la Défense. Du 13 avril au 30 novembre 2022.

Site internet

Vous pourriez aussi aimer...

Nous sommes désolés mais nous utilisons des cookies. Vous nous excusez ? On en profite pour vous annoncer qu\'un nouveau numéro du magazine Hautes Exigences sortira prochainement.